Something is wrong with academia (en + fr)

It’s hard for me to write these lines, I keep very good friends in academia. I consider myself fortunate, because having dealt with people each time incredible, who were — and continue — to be true models for me. And yet … After almost 5 years of PhD and almost all of my post high-school ‘career’ in academia, I have seen too much to continue “business as usual”. It’s also because I highly respect this community that I cannot help but lament their shortcomings: if Research continues in its trajectory, it will be without me!

— — French translation is available after the english text —
https://medium.com/p/b6f142009f2b#5b87
— —
Traduction en français disponible après le texte anglais

Outline

Academia is stressful
Even more publications
Publish or perish
Low reproducibility, p-values
Speed incentive
The example of climate scientists
The problem with conferences
Does peer review filter out bad science?
Expeditious peer reviews
The rise of censorship and conformity?
Journal paywalls: not for everyone…
… indeed a very lucrative business for some!
It’s unclear where the money for funding comes from
Geopolitics/industry/academia
Espionage in the economic war
Science has always been political, and modern Science hand-in-hand with Industry
The techno-scientific complex imposes its paradigm, without the agreement of the majority
The hidden world of “small hands” in Research
Science has changed
Interdisciplinarity: expected to grow, but under control
Popularize at all costs?
Conclusion
References

[EDIT February 2022] : I found this text by François Garner, it summarizes wellsome of the problems, and introduce new examples

Some people point out that the Scientific Method is in crisis, that quitting is increasing (summarized here or here), and blame some statistical methods (we’ll detail this later). However, the problem is way more profound than that. In an article from 2016, vox.com lists 7 challenges that Science faces: “money problem”, “poor design of studies”, “replication of results”, “broken peer-review”, “journal paywalls”, “communication to public” and “stress as young researcher” [1]

These are interesting points that we will address. I’ve noticed more weak points from my personal experience, though.

Academia is stressful

In a recent editorial [3], the journal Nature raised the stressful lifestyle of doctoral students. The problem was known for years, and is even depicted in the satiric website PhD comics.

Even researchers in general spend — on average — only 40% of their time doing Research, and otherwise have to write grants, do monitoring, give lectures, assist conferences, and even organize conferences.

They never really stop working.

© PhD comics

Even more publications

It is estimated that millions of publications are released each year in Physics. In the biomedical field alone, more than 1 million papers are put into the PubMed database each year [4], which means more than 100 per hour (and it’s growing, see below!). This goes well beyond what an academic can assimilate, on average 1 article per day or less!

New publications through time, https://academia.stackexchange.com/questions/126980/global-number-of-publications-over-time, © Eric Archambault

Publish or perish

It’s no news to assert that scientists are pushed to publish an increasing number of papers to stay in the “game”, sometimes even through the use of fake journals or fake conferences [5]. A representative sentence, that I heard by a leading scientist: “when you start a new study, you begin by designing the final article, with what you want to show ; where the figures will approximately be placed, what it will look like, etc. Then, you do the experiments to acquire data to fill your figures.” That’s by no doubt a good way to ensure to have clean research, free from subjectivity, personal motivation, and biases… -_-

Some communities even respond too quickly and intensely on trendy topics, or to announcement effects in general. One critical example is for instance one measurement made at the CERN’s LHC in December 2015, about an energy measure unusually high. As S. Hossenfelder [2] puts it, this measure proved to be just a statistical fluctuation, confirmed by a 2nd measure 8 months after!

“[…] more than five hundred papers were written about a statistical fluctuation. Many of them were published in the field’s top journals. The most popular ones have already been cited more than three hundred times. If we learn anything from this, it’s that current practice allows theoretical physicists to quickly invent hundreds of explanations for whatever data happen to be thrown at them.”

Unfortunately, other fields of Research proceed similarly, preferring to publish more papers to explain why their previous papers was incomplete or false, rather than waitting to get the final explanation and write a complete (but just one) publication.

Low reproducibility, p-values

The famous “reproducibility crisis” starts from the observation that too many experiments are done only once in laboratories, and that a large amount of them cannot be reproduced in another lab, despite the transfer of protocols and methods.

“Regardless of the field, as long as theories are developed by humans, the default assumption must be that theory assessment is both cognitively and socially biased unless steps are taken to address these issues. But no such steps are currently being taken. […] We have failed to protect our ability to make unbiased judgments. We let ourselves be pushed into a corner, and now we are routinely forced to lie if we want to continue our work.” (Lost in Math [2])

What is mentioned here is that subjectivity, inherent in any study, is hidden: choosing to study one hypothesis rather than another, taking for granted what is already known in the field, not varying certain variables yet potentially decisive, avoid complexity / use a too simple model by default, etc. The “Scientific Method” is indeed supposed to be, historically, absolutely objective and impartial, while it is nevertheless practiced by humans, subjected to different biases. A Bayesian approach to knowledge could quantify this subjectivity with a probability [7], and should be encouraged.
Another pitfall to avoid is the supposed universality of the “p-value” test, a statistical tool for determining the probability of data assuming a true hypothesis. It seems that the “statistically significant” is poorly understood, and that this test does not apply in any case, to all types of measurement samples [6]. In “Towards a world beyond p <0.05” [14] [the value 0.05, or 5%, is often considered as the limit below which one can reject the null hypothesis], three researchers also explain good statistical practices that many fields should now apply.

Speed incentive

The various defects listed so far are easily understood considering today’s world, where everything is forced to go fast, to become profitable. The p-value test is no exception to the rule: go below the bar of p <0.05 and, voila! you can publish. P-hacking is also this principle, taken to the extreme: to make publications, select only data that are statistically significant from a large set [9] (if the dataset is large enough, there will necessarily be some even if, physically, the hypothesis is false). Even if some people believe that this trend is reversible, or even usable [8], it currently remains a great problem for the quality of publications.
This profitability objective also implies an abandonment of projects, however promising, depending on the random occurrence of the departures of the researchers that work on these projects. It also encourages the multiplication of exploration “in all directions”, which does not allow real deepening in disciplines where, a priori, the major discoveries should become scarce, at least more complex, and will therefore require more time, and not less.

Following a practical profession is a blessing for people of my type. Because the academic career puts a young person in a sort of compulsory situation to produce scientific papers in impressive quantity, a temptation to superficiality arises that only strong characters are able to resist. A. Einstein, “Autobiographische Skizze” (18 April 1955)

© PhD Comics

“You have to get over the idea that all science can be done by postdocs on two-year fellowships. Tenure was institutionalized for a reason, and that reason is still valid. If that means fewer people, then so be it. You can either produce loads of papers that nobody will care about ten years from now, or you can be the seed of ideas that will still be talked about in a thousand years. Take your pick. Short-term funding means short-term thinking.” (Lost in Math [2])

The example of climate scientists

The acceleration of manners is also palpable in academia: if you need to collect data, process it, write publications, participate in conferences, manage the administrative, take care of students, find money and do politics, you do not have time to get enough sleep, eat properly, or move slowly: you then buy prepared meals, vitamins in granules, and trips to the other side of the world for only a few days [38]. This not only affects the concerned person but, more problematically, the environment [38]. Yet, scientists in natural sciences are expected to act in concert with the scientific consensus of each discipline, including the environment. So, what does this consensus tell us?

In 2018 the IPCC has reported that we are already above 1°C of global warming. More recently, it has been calculated that — even with the current commitments (which are, by the way, not fulfilled) — we are in fact moving towards an average warming above 3° C, and that no downward trend is detectable in greenhouse gases. In addition, ¾ of terrestrial environments and 2/3 of marine areas are “severely altered” by human activity, among many other worrying figures published by the IPBES.

Being directly confronted with all of this, “climate and environment” scientists are increasingly presenting cases of depression, but also of will to oppose fossil fuels companies [10], or support for various pro-environmental organizations [11]. There is therefore a great disparity between this branch of science, and the others (the “non-environmental” part), where we continue rather “business as usual”. When some climate scientists now refuse distant conferences that force them to fly [12], it should be noted that this is not the case in other Research fields, that instead prefer to continue the unrestrained struggle over the new “revolutionary” discovery. Each one in his own bubble.

© vox.com

The problem with conferences

Travel far by plane, sometimes sacrificing your holidays and free time, often just for… conferences (or workshops, symposiums…). We will not deal here with “predatory conferences” [13], which are an obvious part of the nonsense of the thing, but with the “normal” process.

Conferences usually ask for research abstracts 4 to 6 months before the event. As a result, a common thing is to apply with very vague results or discussions, or by selling something very exaggerated, so that your application is selected. The months leading up to the conference then consist of filling these beautiful claims with real data, making sure that “it works”. The objectives estimated months ago thus become presentable results, by force of necessity. Not necessarily an impartial and free of bias way of doing things…

These events are anyway rather a pretext to exercise oral skills, enjoy free food and stay in hotels, and above all to discover an exotic place you haven’t been before (a conference in Hawaii is more attractive than another one in e.g. Nowhere, USA!). In a sense, low-paid researchers evacuate their frustration by abusing of these little “advantages”. Yet, anyone with a well-paid position outside of Research knows how paltry they are. Why then gather up these crumbs? Giving more consideration to researchers and standardizing the benefits seems at first sight a good idea, but should not be an incentive to over-multiply the conferences, or interfere with the quality of the proposed academic work. Conferences should be attractive because they have connections with the researcher’s work, for their ability to network and compare ideas, rather than for their material advantages and their location. We should also find a way to make these conferences more “environment friendly”, less dense (too many oral presentations saturate the minds), and make sure that they do not give incentives to trade quality for quantity.

In addition, these events do not always fulfill their primary goals: sharing ideas, confronting models and points of view: even if interesting discussions can take place, oral presentations often lead either to a usual concert of reciprocal congratulations (only if you have not slept or been distracted during the presentation!) or to a “status quo”: relevant problems are raised, but one can easily give unprecise answers, or “ wait out the clock” because the questions are generally limited to a few minutes. It is generally difficult to pretend to submit to your community a new idea with a presentation of only 15min, with questions of 1 minute each (“we don’t have time anymore”, “one more question, but very fast!”, etc.).

Does peer review filter out bad science?

Peer review is also problematic for written articles. The excesses of this practice have been widely analyzed [16, 17], with in particular the problem of “junk science”, where “predatory” journals offer to publish any article while guaranteeing to be “reviewed by peers” (like articles with “Maggie Simpson as author” composed of a set of random words). However, these “trash” publications can also infiltrate serious journals: numerous examples have shown the fallibility of peer-review filters (see for example here [18]).

A paper by Maggie Simpson, with random words, accepted in a famous journal.

Expeditious peer reviews

Peer reviews are very uneven for several reasons:
— it is possible to “suggest” some research friends to the journal committee, so that they can choose them as reviewer, in order to increase the chances that the article will pass
— similarly, certain expert in the domain can be explicitly excluded to avoid a strong disagreement, officially to prevent a possible “non-impartiality”.

Sometimes the reviewers are not experts in the narrow application of ​​the article, and are therefore not able to contradict it on technical points. For psychological or character reasons, they may also be more or less gentle in their examination, or simply because they run out of time to read thoroughly. There is no minimum or maximum limit to the number of points that must be raised by a reviewer, and it is clear that the variance of this number — as well as the “weight” of each point raised — varies enormously between each reviewer!

The rise of censorship and conformity?

Conversely, some scientists (in social sciences mostly) are afraid of censorship or selection bias, particularly on studies concerning political causes or sensitive social subjects [9] (visible in e.g. the study supporting the hypothesis of a greater skill variability among men, accused of sexism). Many people have since stood up to support the “apolitical nature” of Science — even social ones — and to guarantee that personal convictions are not biased in the choice of publications and research themes. Notably concerning liberalism, see here or there, but also progressivism [33] or rather dictatorial state policies like in China for instance [32]. This indeed contributes to a distrust of Science from the general public (especially in the US), which is far more damaging for academia than anything else.

© https://www.thegwpf.com/lee-harding-climate-conformity-may-well-bury-the-truth/

Quote from “Lost in Math” [2]:

“Having the support of a like-minded community affects how scientists assess the use and promise of theories they decide to work on.”

The confirmation bias is huge in all areas. Worse still, this bias implies that the more a statement is repeated on a regular basis in a community, the more its members tend to believe it blindly, even if, initially, it was a simple hypothesis.

Journal paywalls: not for everyone…

We enter here into a classical criticism of the academic world, but let us insist again: researchers are really among the most docile people! They struggle to publish in a recognized journal, evaluate their colleagues’ publications voluntarily (for free), but pay to access the content of these same journals, transfer their copyrights to the journal where they have published and even pay to do so, and must in addition ultimately pay to access their own writings! No wonder SciHub has become so popular…

… indeed a very lucrative business for some!

Most journals charge the researchers who write them $ 1,000 + (sometimes more than $ 5,000) per article. With the proliferation of online journals, this exorbitant cost becomes decreasingly justified (not much paper issues to print anymore …). For some journals, the price is even less justified, because even the layout is done on the researcher’s side (through the use of Word or Latex templates, for instance)!

© https://www.newscientist.com/article/2181744-paywall-the-business-of-scholarship-review-analysis-of-a-scandal/

It’s unclear where the money for funding comes from

Money is, overall, very problematic in Research. The equipment, their maintenance, the products being used, the technical staff, all of this is very expensive. And the different countries do not clearly perceive, sometimes for good reasons, the immediate application to “the advancement of their society”: the allocated resources are thus becoming increasingly scarce. The more liberal the country, the more free the lab managers are to go and get money from the highest bidder. Risking to be accountable to them, and risking to make their Research politically oriented too [29].

Not to mention the now famous monopoly, by some lobbies, of vast areas of Research (pharmaceutical, tobacco, nutrition…) [20]: as far as science is concerned, some funding skew the conclusions of the studies they fund, sometimes just through a self-censorship from the author of the study. Just by choosing what to finance and what to ignore, too. An important issue would therefore be to ensure that Research does not become solely product-oriented, and does not serve industries in a covert manner. If studies serve an ideology, they should state it clearly and as honestly as possible (which is still far from reality, despite the “disclosures” sections in the publications!).

Geopolitics-industry-academia

While competition can stimulate creativity, it seems that some teams in academia are just trying to follow the trends of other teams, rather than cooperating with them to produce even better Science. This gives surreal situations, where some projects are jeopardized by supposed competition from another team (“they will publish before us!”). This reinforces on the one hand the stress and the workload that researchers impose on themselves at a given time, and on the other hand promotes (in general) speed over quality and prevents deepening. Above all, those who imagined a “global collaboration” that would advance “Science” are probably very disappointed when looking at reality [34].

Finally, Research is also determined and constrained by geopolitics: at its bases (funding, recruitment, etc.), but not at its end. Indeed, publication in scientific journals is shared with everyone* (even more with initiatives like SciHub), while it remains a few state instances (i.e. the whole society) who pay the high price for their creation. Even if most benefit from it (many countries finance academia at least a little), the immediate gain from such a process still remains unclear.

Some fields of Science remain confidential, and each country then finances them by keeping most of the critical results for themselves, by releasing publicly only a few “handpicked” publications, where “critical” information has been removed. Unfortunately, the final goal of these activities is not always revealed to the Research teams, who sometimes only see interesting “Fundamental Physics challenges” (as e.g. in my field of nonlinear optics [28]): a doctoral student can e.g. discover, after 3 years of hard work, that he has worked to manufacture a new expensive missile (which will possibly target, if we wants to push irony even further, his native country) …

©https://www.timeshighereducation.com/hub/p/jisc-futures-what-next-uks-international-research-collaborations

Espionage in the economic war

It’s no news to assert that the most developed countries are waging an economic war, sometimes without mercy. It is also known that China has long engaged in strategies of imitation, even though outright theft of technological secrets (see C. Ropper, “Trade Secret Theft, Industrial Espionage, and the China Threat” (2013)). But we have reached the next level when intelligence agencies (including the FBI) openly worry about such spying [21].

Some universities have also spoken up against this kind of suspicion [22]: the various parties involved are thus lost amidst contradictory injunctions. “Protect our results and our know-how, while showing that we are still in the “intellectual race”, be wary of “soft power” and data theft, while diversifying our research teams / collaborate, etc. “

© https://link.springer.com/article/10.1057/s41284-019-00195-5

Science has always been political, and modern Science hand-in-hand with Industry

Believing in the myth of the researcher in his ivory tower is actually a misunderstanding of the history of Science, as this brilliant comment published recently in Nature reminds us [23]: science has always been political, due to its funding, among other things, and especially when it is applicable to the military-industrial complex [28]. Keeping in mind this historic characteristic may allow to overcome it in the future (at least partially), or at least to quantify it (to keep a certain impartiality and apolitical core, see the paragraph on conformity above).

The problem is that private actors take advantage of these beliefs to prosper, relying on public instances: how many universities have associated with the private sector, or have even become purely privatized? Worse still, how many now offer careers that only lead to the private sector, not to mention to big corporations? Is it the role of state-paid universities to train “mercenaries” that will eventually enrich large firms? How is it that doctoral degrees in natural sciences are increasingly leading to positions of “data scientists”? That educational backgrounds in physical sciences or mathematics lead to so many careers as stock market analysts, managers and traders?

Clearly, there is a problem with the use of funds, and even with coherence: underpaid and accommodating researchers train, on public funds, people dedicated to serving private interests [35] (although fortunately some fight for more fairness).

The techno-scientific complex imposes its paradigm, without the agreement of the majority

Science explores, technology executes, Man conforms. [Lewis Mumford, 37]

The development of an authoritative technical and scientific complex poses a problem of democracy, at least for decision-making: the average citizen is not able to understand the subtleties of technological developments (nuclear, 5G, GMOs, etc.), these choices of society are therefore taken by a committee of unelected experts.

[edit feb 2022 : to go further, see (in french) récupération cybernétique]

The hidden world of “small hands” in Research

Research sometimes ask very tedious tasks (take repetitive measures, notes, classification, sorting etc.), and the best is when it is performed quite equally by all the people involved. But it’s not for the numerous “Research Assistant” (actually of a certain type), particularly present in some specific labs in North America, whose job is only dedicated to those tasks ! Even more with the rise of remote working, these assistant are given every week a bunch of data or document to treat, and never really see the lab or access the real goal of the project, but only complete their small tasks!
A true uberisation of work, as they are often employed in short-term, precarious contracts: who knows that such an army was needed in the age of Big Data and automatic treatment?

Science, I repeat, produced many ‘saints,’ dedicating their lives with monastic devotion to their discipline — but no notable rebellious martyrs against the political establishment. [Lewis Mumford, 37]

Science has changed

“Science has changed a lot in the last decades, but scientific communities have not adapted to this change.” This sentence by S. Hossenfelder (“Lost in Math”, [2]) sums up well what’s wrong with modern Science. The “easy” discoveries will probably become scarcer, and the problems will require increasingly large-scale cooperation, that will last several years (even if good surprises can still happen).

From the same author:
“The days in which history was made by watching your bathtub spill over are gone.”[24]. Perhaps the whole Scientific Method itself should be changed [24]: Karl Popper’s vision, that any scientific hypothesis should be confronted with an experiment in reality, does not apply — and had never applied — to all disciplines, and is increasingly challenged as the complexity of the objects we study increases (how do you perform controlled and repeated experiments on black holes or, even more simply, on earthquakes?).

Less “revolution”, thus, more consolidation of achievements, and exploration of the “doors” already open. Yet, a Dutch study reveals that between 1974 and 2014, “innovative”, “amazing”, “promising” occurrences increased by 1,000 %, and “unprecedented”, “groundbreaking”, “novel” by 2,500% in scientific publications! [2] When everything becomes incredible, nothing is.

Doubtless it hurts the pride of modern man to realize that earlier cultures, with simpler technical facilities, may have been superior to his own in terms of human values, and that genuine progress involves continuity and conservation, above all, conscious anticipation and rational selection — the antithesis of our present kaleidoscopic multiplication of random novelties. [Lewis Mumford, 37]

This kind of practice also favors the publication of numerous (physical) models based on “beauty” criteria. The example of theoretical physics is given: “Theoretical physicists now have well-established practices for producing new laws of nature that will remain impossible to test for long periods.” [2]

Self-congratulation and “tribe effects” are also quite deep problems in Research: the more your community repeats an assertion, the more you will tend to give it credibility (even if it is false) [2]. This is another problem with the publication system as we know it. Worse still, some professor keep their laboratories alive, through more or less honest grant applications (see above), only to perpetuate their technique and their research subjects. They must convince that THEIR subject is more interesting / promising, with the obvious desire to “defend their parish”. In most cases, it should be the opposite: civil society should identify a research area worth exploring, and assign it to one (or more) research team.

Interdisciplinarity: expected to grow, but under control

More and more disciplines are seeing the shrinking of their “great discoveries”, which is why there would probably be an enormous potential to connect the disciplines together. To verify that they are not saying the same thing from a different angle, to begin with!

Some authors have stressed the importance of further encouraging and supporting transdisciplinarity initiatives [26] in order to face the new challenges of this century; like climate change and the social effects of biomedicine, among the most cited [27]. After all, some great name of Science have already tried it, not without success! [36]

However, interdisciplinarity is not an easy thing to do [25], due to the difficulty of bringing into dialogue people from very different perspectives, because in many subjects it was not found useful, and also because it has been little explored in the history of Science. This coupling of social and natural sciences raises five main barriers, according to [26]: the relative weakness of the social sciences (compared to the natural sciences), their (perceived) illegitimacy, the barriers (by default) to interdisciplinary research, the lack of structures of support in each discipline, and conflicts of power/of control in academia.

It seems anyway absolutely necessary that all students have notions of the history of Science — at least in their field — as this recent post asserts in Nature, or — even better — social sciences concepts [30], in the political and geopolitical context aforementioned.

Popularize at all costs?

As Research is directly or indirectly financed with public funds, calls to share the construction of knowledge with those who pay for it via their taxes are increasingly frequent (this is, by the way, one of the oldest points of the UNESCO organization). Meanwhile, researchers are increasingly urged to participate in the political debate on aspects concerning scientific domains, and to correct the errors of their colleagues with their expertise [31]: this can only be done at the cost of prior popularization of the issues involved.

© Pétillon (from French)

Any new initiative should, on the other hand, beware of several dangers: overly superficial popularization, and an absolute injunction to do so. The initiative “3 Minutes Thesis” starts, for example, from a good idea, but does not apply so well to all PhD subjects, tends to oversimplify (or even caricature) Research topics (3 minutes to explain a complex problem to a layperson …), and seems to have become the alibi of the universities to meet their “popularization goals” in their communications or reports. In addition, the weeks of researchers — especially at the start of their careers — are already very busy: this type of initiative should absolutely have a dedicated time and budget, as well as a base of volunteers rather than forcing people to do so. Nothing would be worse than imposed and overly locked initiatives. This is actually true for all positions: the responsibilities of researchers could greatly benefit from being divided according to the skills and tastes of each person [2].

Finally, care must be taken that popularization does not become counter-productive, by replacing a “real” course or training on the subject.

Conclusion

Even if certain positive aspects appear as avenues for improvement, we have seen that something was definitely wrong with academia nowadays: stressful academic life, an ever-increasing number of publications with sensationalist content, pushing to the grotesque a system of journals functioning in preserve, where recognition and fame are now paid at a high cost. But also, the politics intrusion in the funding, the choice of subjects for study and rewards, and international issues that are raised incongruously, to complete the big picture.
Yet the great challenges of our time are huge: to be able to address them, Science must get rid of the mentioned drags as soon as possible. Otherwise, it will not pass the century unscathed.

“Human All-Too-Human (Nietzsche) 251 (1878)

“To him who works and seeks in her, Science gives much pleasure, — to him who learns her facts, very little. But as all important truths of science must gradually become commonplace and everyday matters, even this small amount of pleasure ceases, just as we have long ceased to take pleasure in learning the admirable multiplication table. Now if Science goes on giving less pleasure in herself, and always takes more pleasure in throwing suspicion on the consolations of metaphysics, religion and art, that greatest of all sources of pleasure, to which mankind owes almost its whole humanity, becomes impoverished. Therefore a higher culture must give man a double brain, two brain -chambers, so to speak, one to feel science and the other to feel non-science, which can lie side by side, without confusion, divisible, exclusive; this is a necessity of health. In one part lies the source of strength, in the other lies the regulator; it must be heated with illusions, onesidednesses, passions ; and the malicious and dangerous consequences of over-heating must be averted by the help of conscious Science. If this necessity of the higher culture is not satisfied, the further course of human development can almost certainly be foretold: the interest in what is true ceases as it guarantees less pleasure; illusion, error, and imagination reconquer step by step the ancient territory, because they are united to pleasure.”

(Thanks to Etienne Klein).

* even if Research within companies is very often not published, or even classified, or published while hiding / omitting sensitive data

A little self-criticism:

“He isn’t speaking about me, but he might as well be, I think. Maybe I’m just here to find an excuse for leaving academia because I’m disillusioned, unable to stay motivated through all the null results. And what an amazing excuse I have come up with — blaming a scientific community for misusing the scientific method.”

[2] ;)

→ To go further : A. Grothendieck “Should we continue scientific research ?” (in french)

References:

[1] “The 7 biggest problems facing science, according to 270 scientists”, https://www.vox.com/2016/7/14/12016710/science-challeges-research-funding-peer-review-process

[2] Sabine Hossenfelder, “Lost in Math: How Beauty Leads Physics Astray”, Basic Books (2018)

[3] Nature editorial, “The mental health of PhD researchers demands urgent attention” (2019) https://www.nature.com/articles/d41586-019-03489-1

[4] Nature, “Scientific literature: Information overload” (2016), https://www.nature.com/articles/nj7612-457a

[5] The New-York Times, “A Peek Inside the Strange World of Fake Academia” (2016) https://www.nytimes.com/2016/12/29/upshot/fake-academe-looking-much-like-the-real-thing.html

[6] Nature Comment, “Scientists rise up against statistical significance” (2019), https://www.nature.com/articles/d41586-019-00857-9

[7] Pearl and McKenzie, “The Book of Why: The New Science of Cause and Effect” (2018) https://books.google.ca/books?id=9H0dDQAAQBAJ&printsec=frontcover&dq=The+Book+of+Why&hl=es&sa=X&ved=0ahUKEwiq65CEg5jnAhVZGs0KHW5uAawQ6AEIKDAA#v=onepage&q=The%20Book%20of%20Why&f=false

[8] Christie Aschwanden, “Science Isn’t Broken” (2015), https://fivethirtyeight.com/features/science-isnt-broken/#part1

[9] Head et al., “The Extent and Consequences of P-Hacking in Science” (2015), https://journals.plos.org/plosbiology/article?id=10.1371/journal.pbio.1002106

[10] CBC, “Tenured McGill prof resigns over university’s refusal to divest from fossil fuels”, https://www.cbc.ca/news/canada/montreal/mcgill-university-professor-resigns-amid-refusal-to-divest-1.5426979

[11] Comment in Nature, “Why I broke the law for climate change” (2019), https://www.nature.com/articles/d41586-019-02736-9

[12] The Guardian, “No flights, a four-day week and living off-grid: what climate scientists do at home to save the planet” (2019), https://www.theguardian.com/science/2019/jun/29/no-flights-four-day-week-climate-scientists-home-save-planet

[13] “Predatory conferences — A case of academic cannibalism” (2018), https://www.universityworldnews.com/post.php?story=20180409123131407

[14] Ronald L. Wasserstein, Allen L. Schirm & Nicole A. Lazar (2019) Moving to a World Beyond “p < 0.05”, The American Statistician, 73:sup1, 1–19, DOI: 10.1080/00031305.2019.1583913

[15] Elsevier, “What is peer review?”, https://www.elsevier.com/reviewers/what-is-peer-review

[16] Imad A. Moosa, “Publish or Perish: Perceived Benefits versus Unintended Consequences” Edward Elgar Publishing (2018), https://books.google.ca/books?hl=en&lr=lang_en&id=Mx1HDwAAQBAJ&oi=fnd&pg=PT7&ots=jWB0mPy_sh&sig=dYBuzmZqovnraayL3ILMSG-41yY#v=onepage&q&f=false

[17] “In peer review we (don’t) trust: How peer review’s filtering poses a systemic risk to science“ (2018), https://www.researchers.one/article/2018-09-17

[18] J. Bohannon, “Who’s Afraid of Peer Review?”, Science (2013), https://science.sciencemag.org/content/342/6154/60.full

[19] The Globe and Mail, “In academia, censorship and conformity have become the norm” (2018), https://www.theglobeandmail.com/opinion/article-in-academia-censorship-and-conformity-have-become-the-norm/

[20] “The lobby-tomy 3: who are lobbying?” (2016), https://edri.org/the-lobby-tomy-3-who-are-lobbying/

[21] CNN, “US intelligence warns China is using student spies to steal secrets” (2019), https://www.cnn.com/2019/02/01/politics/us-intelligence-chinese-student-espionage/index.html

[22] Nature Editorial, “Diversity and international collaboration should not become casualties of anti-espionage policies”, https://www.nature.com/articles/d41586-019-02180-9

[23] D. Kaiser (Nature Comment), “Discovery is always political” (2019), https://www.nature.com/articles/d41586-019-02848-2

[24] S. Hossenfelder, “Does the Scientific Method need Revision?” (2014), https://medium.com/starts-with-a-bang/does-the-scientific-method-need-revision-d7514e2598f3

[25] Barthel & Seidl, “Interdisciplinary Collaboration between Natural and Social Sciences — Status and Trends Exemplified in Groundwater Research”, Plos One (2017), https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5271333/

[26] T. A. Heberlein, “Improving interdisciplinary research: Integrating the social and natural sciences”, Society & Natural Resources (1988), 1:1, 5–16, https://doi.org/10.1080/08941928809380634

[27] Barry & Born, “Interdisciplinarity: reconfigurations of the social and natural sciences”, Routledge (2013), https://tinyurl.com/wu8p9mg

[28] Wilson, Benjamin. “The consultants: Nonlinear optics and the social world of Cold War science.” Historical Studies in the Natural Sciences 45.5 (2015): 758–804.

[29] Anca Mihalache, « Sciences humaines : les jeunes chercheurs à l’épreuve du néolibéralisme académique » (2018), https://www.liberation.fr/debats/2018/11/02/sciences-humaines-les-jeunes-chercheurs-a-l-epreuve-du-neoliberalisme-academique_1689431

[30] Angela Saini, “Want to do better science? Admit you’re not objective”, Nature World View (March 2020), https://www.nature.com/articles/d41586-020-00669-2

[31] Matthew A. Sears, “Hey, academics. Get out of the ivory tower. We need your expertise”, MacLean’s (2019), https://www.macleans.ca/opinion/hey-academics-get-out-of-the-ivory-tower-we-need-your-expertise/

[32] I. Stone Fish, “Why are America’s elite universities censoring themselves on China?”, The New Republic (2018), https://newrepublic.com/article/150476/american-elite-universities-selfcensorship-china

[33] Nature Editorial, “Academia must resist political confirmation bias” (2016), https://www.nature.com/news/academia-must-resist-political-confirmation-bias-1.21057

[34] Wei Hong & John P. Walsh (2009) For Money or Glory? Commercialization, Competition, and Secrecy in the Entrepreneurial University, The Sociological Quarterly, 50:1, 145–171, DOI: 10.1111/j.1533–8525.2008.01136.x

[35] (FR) « En effet, les chercheurs publics étaient atteints de ‘ “schizophrénie” légale et réglementaire ‘ », https://www.cairn.info/revue-marche-et-organisations-2011-1-page-13.htm

[36] Ettore Majorana, “The value of statistical laws in physics and social
sciences”, Translated from “Scientia”, vol. 36, 1942, pp. 58–66, by R. N. Mantegna in “Quantitative Finance” 5 (2005) 133–140, https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-540-48095-2_11

[37] Lewis Mumford, “The myth of the Machine TII: The Pentagon of Power” (1974)

[38] Hervé Philippe, “Une décroissance de la recherche scientifique pour rendre la Science plus durablein « Décroissance versus développement durable — Débats pour la suite du monde », écosociété (2011).

[142] Voir Fernand DUMONT. Les idéologies. Paris, PUF, 1974, p. 47. Voir aussi ALTHUSSER, Philosophie et philosophie spontanée des savants, (1967).

(FR)

Quelque chose ne va pas avec la Recherche

Il est difficile pour moi d’écrire ces lignes, je garde de très bons amis dans le milieu académique et universitaire. Je me considère en plus chanceux, puisqu’ayant côtoyé des personnes chaque fois incroyables, qui ont été — et continuent — à être de véritables modèles pour moi. Et pourtant … Après presque 5 ans de thèse et la quasi-totalité de ma carrière post-bac en Recherche, j’en ai trop vu pour continuer « business as usual ». C’est aussi puisque j’ai en haute estime ce domaine que je ne peux m’empêcher d’en pleurer les travers : si la Recherche perdure dans sa trajectoire, ce sera sans moi !

[EDIT fevrier 2022] : j’ai trouvé ce texte de François Garner très bien écrit, je vous encourage à le lire

Sommaire

La Recherche est un milieu stressant
Toujours plus de publications
Publie ou péris
Faible reproductibilité, « valeurs p »
Incitations à aller vite
L’exemple des scientifiques du climat
Le problème des conférences
La revue par les pairs filtre-t-elle la mauvaise science ?
Des révisions par les pairs expéditives
L’époque de la censure et de la conformité ?
Les journaux payants : pas pour tous …
… des affaires très lucratives pour certains
$ L’origine des financements n’est pas toujours claire $
Géopolitique / industrie / milieu universitaire
L’espionnage dans la guerre économique
La science a toujours été politique, et la science moderne de pair avec l’Industrie
Le complexe techno-scientifique impose son paradigme, sans l’accord de la majorité
Le monde caché des «petites mains» en Recherche
La science a changé
L’interdisciplinarité : appelée à grossir, mais encadrée
Vulgariser à tout prix ?
Conclusion
References

Certaines personnes soulignent que la Méthode Scientifique est en crise, que de plus en plus de chercheurs claquent la porte (résumé ici ou ici), et blâment quelques-unes des méthodes statistiques (nous détaillerons ça plus tard). Cependant, le problème est bien plus profond. Dans un article de 2016, vox.com énumère 7 défis auxquels la Science serait confrontée : «le financement», la «mauvaise conception des études», la «réplication des résultats», la «revue par les pairs inefficace», les «journaux payants», la «communication au grand public» » et le « stress des chercheurs débutants »[1]
Ce sont des points intéressants que nous aborderons. J’ai cependant remarqué d’autres points faibles de par mon expérience personnelle.

La Recherche est un milieu stressant

Dans un éditorial récent [3], la revue Nature a évoqué le train de vie stressant des doctorants. Le problème était connu depuis des années, et est même décrit sur le site satirique « PhD comics ».
Même les chercheurs permanents ne passent — en moyenne — que 40% de leur temps pour la recherche, et doivent par ailleurs rédiger des subventions, faire du suivi d’étudiants, donner des cours, assister à des conférences et même organiser des conférences.

Ils n’arrêtent jamais vraiment de travailler.

Planche satirique de PhD Comics, sur les vacances en tant que chercheur (adaptée de l’anglais).

Toujours plus de publications

On estime que des millions d’articles sont publiées chaque année en Physique. Dans le domaine biomédical uniquement, plus d’un million d’articles sont mis en ligne chaque année dans la base de données PubMed [4], ce qui signifie plus de 100 par heure (et ça augmente, voir ci-dessous !). Cela dépasse largement ce qu’un universitaire peut appréhender, en moyenne 1 article par jour, ou moins !

Nombre de nouvelles publications indexées à travers le temps. https://academia.stackexchange.com/questions/126980/global-number-of-publications-over-time, © Eric Archambault

Publie ou péris

Il n’est pas nouveau d’affirmer que les scientifiques sont poussés à publier un nombre croissant d’articles pour rester « dans la course », utilisant parfois même dans de « fausses revues » ou de fausses conférences [5]. Une phrase représentative, que j’ai entendue d’un éminent scientifique: «lorsque vous commencez une nouvelle étude, vous commencez par concevoir l’article final, avec ce que vous voulez montrer. Où les figures seront approximativement placées, le déroulé général, etc. Ensuite, vous faites des expériences pour acquérir des données à mettre dans vos figures !” C’est sans aucun doute un bon moyen de garantir une recherche propre, sans subjectivité, ni motivations personnelles ou préjugés -_-.
Certaines communautés répondent par ailleurs trop rapidement et intensément sur des sujets “à la mode”, ou aux effets d’annonce en général. Un exemple critique est par exemple une mesure effectuée au LHC du CERN en décembre 2015, concernant une mesure d’énergie inhabituellement élevée. Comme le dit S. Hossenfelder, cette mesure s’est finalement avérée n’être juste qu’une fluctuation statistique, confirmé par une 2e mesure 8 mois après !

« […] plus de cinq cents articles ont été écrits sur une fluctuation statistique. Beaucoup d’entre eux ont été publiés dans les meilleures revues du domaine. Les plus populaires ont déjà été citées plus de trois cents fois. […] [Moralité, les] physiciens théoriciens inventent rapidement des centaines d’explications pour toutes les données qui leur sont lancées. » [2] [traduit de l’anglais]

Malheureusement, d’autres domaines de recherche procèdent de la même manière, préférant publier plus d’articles pour expliquer pourquoi leurs articles précédents étaient incomplets ou faux, plutôt que d’attendre plus longtemps et obtenir l’explication finale, en écrivant une unique publication complète (mais seulement une).

“Publie / Publie ou péris / Publie (dans des journaux haut impact) ou péris / Publie (fréquemment dans des journaux haut impact) et peut-être que tu ne périras pas”

Faible reproductibilité, « valeurs p »

La fameuse «crise de reproductibilité» part du constat que trop d’expériences scientifiques ne sont effectuées qu’une seule fois en laboratoire, et qu’une grande partie d’entre elles ne sont jamais reproduites avec succès dans un autre laboratoire, malgré le transfert de protocoles et de méthodes.

«Quel que soit le domaine, tant que les théories sont développées par l’Homme, l’hypothèse par défaut doit être que l’évaluation de la théorie est biaisée à la fois cognitivement et socialement, à moins que des mesures ne soient prises pour résoudre ces problèmes. Mais aucune mesure de ce type n’est actuellement prise. […] Nous n’avons pas réussi à protéger notre capacité de porter des jugements impartiaux. Nous nous laissons être poussé dos au mur, et maintenant nous sommes systématiquement obligés de mentir si nous voulons continuer notre travail. » [2] [“Lost in Math”, traduit de l’anglais]

Ce qui est mentionné ici est la mise sous le tapis de la subjectivité, pourtant inhérente à toute étude : choisir d’étudier une hypothèse plutôt qu’une autre, prendre pour acquis ce qui est déjà connu dans le domaine, ne pas faire varier certaines variables pourtant potentiellement déterminantes, éviter la complexité/utiliser un modèle simple par défaut, etc. Car la « Méthode Scientifique » se veut, historiquement, absolument objective et impartiale, alors qu’elle est pourtant pratiquée par des humains soumis à différents biais. Une approche Bayésienne de la connaissance pourrait permettre de quantifier cette subjectivité avec une probabilité [7], et devrait être encouragée.

Un autre écueil à éviter serait de rendre universel le test de « valeur p », un outil statistique pour déterminer la vraisemblance de données en supposant une hypothèse vraie. Il semble que le « statistiquement significatif » soit mal compris, et que ce test ne s’applique de toute façon pas à tout type d’échantillons de mesure [6]. Dans « Vers un monde au-delà de p<0.05 » [14] [la valeur 0.05, soit 5%, étant souvent considérée comme la limite en-deçà de laquelle on peut rejeter « l’hypothèse nulle »], 3 chercheurs expliquent d’ailleurs les bonnes pratiques statistiques que beaucoup de domaines devraient appliquer sans tarder.

Incitations à aller vite

Les différentes tares listées jusqu’ici sont assez faciles à comprendre en considérant le monde d’aujourd’hui, où tout est contraint à aller vite, à devenir rentable. Le test de valeurs p ne déroge pas à la règle : passer sous la barre de p<0.05 et, voilà ! c’est publiable. Le « p-hacking » c’est d’ailleurs ce principe, poussé à l’extrême : ne sélectionner que les données statistiquement significatives parmi un grand ensemble [9] pour en faire des publications (si l’ensemble est suffisamment grand, il y en aura forcément quelques-unes même si, physiquement, l’hypothèse est fausse). Même si certains pensent que cette tendance est réversible, voire utilisable [8], la qualité des publications en souffre pour l’instant grandement.

Cet objectif de rentabilité implique aussi un abandon de projets pourtant prometteurs, aux aléas des départs des chercheurs travaillant dessus, et la multiplication d’exploration « tous azimuts », qui ne permet pas de réel approfondissement dans des disciplines où, a priori, les grandes découvertes devraient se raréfier, et a minima se complexifier, donc nécessiter au contraire toujours plus de temps.

Avoir une profession pratique (appliquée) est une bénédiction pour les gens de mon type. Parce que la carrière académique met sur les jeunes une sorte d’obligation à produire des articles scientifiques en quantité impressionnante, une tentation de superficialité surgit à laquelle seuls les forts caractères sont capables de résister. A. Einstein, “Autobiographische Skizze” (18 avril 1955)

© PhD Comics

«Vous devez dépasser l’idée que toute la science peut être effectuée par des post-docs bénéficiant de bourses de deux ans. La permanence [tenure] a été institutionnalisée pour une raison, et cette raison est toujours valable. Si cela signifie moins de personnes, tant pis. Vous pouvez soit produire des tonnes d’articles dont personne ne se souciera dans une dizaine d’années, soit être le germe d’idées dont on parlera encore dans mille ans. Choisissez votre camp. Financement à court terme signifie pensée à court terme ». [2] [“Lost in Math”, traduit de l’anglais]

L’exemple des scientifiques du climat

L’accélération des mœurs est aussi palpable en Recherche : s’il faut collecter des données, les traiter, écrire des publications, participer à des conférences, gérer l’administratif, s’occuper d’étudiants, trouver de l’argent et faire de la politique, plus de temps pour dormir suffisamment, manger correctement, ou se déplacer lentement : bonjour alors les plats préparés, les vitamines en granulé, et les déplacements à l’autre bout du monde pour quelques jours seulement [38].
Ceci n’impacte pas seulement la personne concernée mais, plus problématiquement, l’environnement [38]. Pourtant, les scientifiques en sciences naturelles sont supposés agir de pair avec le consensus scientifique de chaque discipline, environnement compris. Que nous dit ce consensus ?

Le rapport du GIEC (en : IPCC) de 2018 rapporte que nous sommes déjà à 1°C de réchauffement global. Plus récemment, il a été calculé que — même avec les engagements actuels (qui ne sont d’ailleurs pas respectés) — nous nous dirigeons en fait plus vers un réchauffement moyen supérieur à plus de 3°C, et qu’aucune tendance à la baisse n’est détectable dans les gaz à effet de serre. De plus, ¾ des environnements terrestres et 2/3 des zones marines sont « sévèrement altérées » par l’activité humaine, parmi plein d’autres chiffres inquiétants publiés par l’IPBES.

Y étant directement confrontés, les scientifiques « climat et environnement » présentent de plus en plus des cas de dépressions, mais aussi de volonté d’opposition aux énergies fossiles [10], ou de support à divers organismes pro-environnementaux [11].
Il y a donc une très grande disparité entre cette branche des sciences, et les autres (la partie « non-environnementale »), où on continue plutôt « business as usual ». Quand certains scientifiques du climat refusent désormais des conférences lointaines les obligeant à prendre l’avion [12], force est de noter qu’il n’en est rien dans les autres domaines, préférant au contraire continuer la lutte effrénée à la nouvelle découverte « révolutionnaire ». Chacun dans sa bulle.

© vox.com

Le problème des conférences

Se déplacer loin en avion, en sacrifiant parfois ses vacances et son temps libre, souvent pour … des conférences (congrès, colloques …). Nous ne traiterons pas ici des « conférences prédatrices » [13], qui sont une partie évidente de l’absurdité du sujet, mais du processus « normal ».
Les conférences demandent généralement des résumés de recherche (« abstract ») 4 à 6 mois avant l’événement. En conséquence, une pratique courante est de candidater avec des résultats ou discussions très vagues, ou en vendant quelque chose de très exagéré, pour pouvoir être sélectionner. Les mois qui précèdent la conférence consistent alors à remplir ces beaux discours de données réelles, de faire en sorte que « ça marche ». Les objectifs estimés il y a des mois deviennent ainsi des résultats présentables, par la force de la nécessité. Pas forcément un moyen impartial et exempt de biais, on en conviendra.

Ces événements sont de toute façon plutôt un prétexte pour exercer ses compétences orales, profiter de la nourriture gratuite et de nuits d’hôtel, et surtout pour voyager dans un endroit exotique que vous n’aurez jamais visité auparavant (une conférence à Hawai est plus attractive qu’une autre dans une ville inconnue des USA, par exemple !). Dans un sens les chercheurs, peu rémunérés, évacuent leur frustration en abusant de ces petits «avantages». Quiconque ayant un poste bien payé en dehors de la Recherche sait pourtant à quel point ils sont dérisoires. Pourquoi alors grappiller ces miettes ? Donner plus de considération aux chercheurs et normaliser les avantages parait être de prime abord une belle idée, mais ne devrait pas être une incitation à multiplier les conférences à tout va, ou interférer avec la qualité du travail académique produit (cf candidature précoce). Les conférences devraient être attrayantes pour leur rapport avec le travail du chercheur, leur possibilité de réseauter et confronter ses idées plutôt que pour leur avantages matériel et leur lieu. Il faudrait aussi trouver un moyen pour que ces conférences soient plus respectueuses de l’environnement, moins denses (trop de présentations orales saturent les esprits), et faire en sorte qu’elles ne donnent pas d’incitations à produire de la quantité à défaut de la qualité.

De plus, ces événements ne remplissent pas toujours leur rôle de partage d’idées et de confrontation de modèles ou de points de vue : même si des discussions intéressantes peuvent avoir lieu, les présentations orales aboutissent souvent soit à un habituel concert de félicitations réciproques (quand bien-même vous n’ayez pas dormi ou été distrait pendant la présentation) soit à un «statu quo»: des problèmes pertinents sont signalés, mais chacun peut facilement se couvrir, ou « jouer la montre » car la question est généralement limitée à quelques minutes. Il est en général difficile de prétendre soumettre à sa communauté une nouvelle idée avec une présentation de seulement 15min, à coup de questions de 1 minute chacune (« nous n’avons plus le temps », « encore une question, mais très rapide ! » etc.).

La revue par les pairs filtre-t-elle la mauvaise science ?

La revue par les pairs (“peer-review”) est aussi problématique pour les articles écrits. Les dérives de cette pratique ont été largement analysées [16,17], avec notamment le problème de la « junk science » où des journaux « prédateurs » proposent de publier n’importe quel article en se garant d’être « revu par les pairs » (comme des articles avec « Maggie Simpson en nom d’auteur » composés de mots aléatoires). Cependant, ces publications « poubelles » peuvent aussi infiltrer les journaux sérieux : de nombreux exemples ont montré la faillibilité des filtres de “peer-review” (voir par exemple ici [18]).

Un journal sérieux accepte un (faux) article de Maggie Simpson, Kim Jong Fun et Edna Krabappel

Des révisions par les pairs expéditives

Les révisions d’article par les pairs sont très inégales pour plusieurs raisons:
— il est possible de «suggérer» quelques amis chercheurs au comité du journal pour qu’il les choisisse comme relecteur, afin d’augmenter les chances que l’article passe
— de même, certains scientifiques connus dans le domaine peuvent être explicitement exclus si on redoute leur désaccord, officiellement pour éviter une éventuelle «non-impartialité».

De plus, il arrive que les examinateurs (“reviewers”) ne soient pas des experts dans le domaine étroit de l’article, et ne soient donc pas en mesure de le contredire sur des points techniques. Pour des raisons psychologiques, ou de caractère/d’humeur du moment, ils peuvent également être plus ou moins doux dans leur examen, ou simplement parce qu’ils manquent de temps pour effectuer une lecture approfondie. Il n’y a pas de limite minimale ou maximale au nombre de points qui doivent être soulevés par un examinateur, et il est clair que la variance de ce nombre — ainsi que le “poids” de chaque point soulevé — varie énormément entre chaque examinateur/relecteur [(en) reviewer].

L‘époque de la censure et de la conformité ?

A l’inverse, certains chercheurs (de sciences sociales majoritairement) ont peur de la censure ou de biais de sélections, particulièrement sur des études concernant des causes politiques ou des sujets sensibles de société [9] (on peut penser à l’étude soutenant l’hypothèse d’une plus grande variabilité des aptitudes chez les hommes, accusée de sexisme). De nombreuses personnes se sont depuis levées pour soutenir le caractère « apolitique » des sciences — même sociales — et garantir que les convictions personnelles ne soient pas des biais dans les choix des publications et des thèmes de recherche. En particulier concernant le libéralisme (voir ici ou ), mais aussi le progressisme), ou des politiques étatiques dictatoriales comme la Chine par exemple [32]. Tout ceci contribue à la défiance envers les sciences de la part du grand public (surtout aux USA), bien plus dommageable pour la Recherche que toute autre chose.

© https://www.thegwpf.com/lee-harding-climate-conformity-may-well-bury-the-truth/

Cependant, il ne faudrait pas croire que ce biais soit réservé aux sciences humaines et sociales : les sciences naturelles y sont aussi exposées ! Citation de « Lost in Math » [2] :

«Le fait d’avoir le soutien d’une communauté aux vues similaires affecte la façon dont les scientifiques évaluent l’utilisation et la promesse des théories sur lesquelles ils décident de travailler.»

Le biais de confirmation est énorme dans tous les domaines. Pire encore, ce biais implique que plus une affirmation est répétée de concert dans une communauté, plus ses membres auront tendance à la croire aveuglément, même si, à la base, elle ne découle que d’une simple hypothèse.

Les journaux payants : pas pour tous …

On entre ici dans une critique classique du monde académique, mais insistons encore : les chercheurs sont quand-même parmi les gens les plus dociles ! Ils luttent pour publier dans un journal reconnu, évaluent les publications de leur collègues bénévolement, mais payent pour accéder au contenu de ces mêmes journaux, transfèrent leurs droits d’auteur à la revue où ils publient et payent mêmes pour le faire, et doivent en plus ultimement payer pour accéder à leur propre écrits ! Pas étonnant que SciHub se soit tant popularisé …

… des affaires très lucratives pour certains

La plupart des revues facturent 1000 $ + (parfois plus de 5000 $) par article aux chercheurs qui les écrivent. Avec la multiplication des journaux en ligne, ce coût exorbitant est de moins en moins justifié (plus beaucoup de numéros papier à imprimer…). Pour certaines revues, le prix est encore moins justifié car même la mise en page est faite du côté du chercheur (via l’utilisation de gabarit Word ou LaTex, par exemple) !

© https://www.newscientist.com/article/2181744-paywall-the-business-of-scholarship-review-analysis-of-a-scandal/

L’origine des financements n’est pas toujours claire

L’argent est, au global, très problématique en Recherche. Les équipements, leur entretien, les produits utilisés, le personnel technique, tout ça coûte très cher. Et les Etats ne perçoivent pas clairement, parfois à raison, l’application immédiate à « l’avancement du pays » : les ressources allouées se font alors de plus en plus rares. Plus le pays est libéral, plus les chefs de labos sont libres d’aller chercher de l’argent chez le plus offrant. Quitte à devoir des comptes. Quitte à orienter politiquement sa Recherche [29].

Sans parler du désormais célèbre accaparement, par certains lobbys, de vastes domaines de Recherche (pharmacie, tabac, nutrition …) [20] : en ce qui concerne la Science, certains financements biaisent les conclusions des études qu’ils soutiennent, parfois par une simple auto-censure de la part de l’auteur de l’étude. Juste par l’action de choisir quoi financer ou non, aussi.
Un enjeu important serait donc d’assurer que la Recherche ne devienne pas uniquement orientée « produits », et ne serve pas des industries de façon inavouée. Si des études servent une idéologie, elles devraient l’énoncer clairement et de manière la plus honnête possible (ce qui est encore loin d’être le cas, malgré les “disclosures” dans les articles !).

Géopolitique - industrie - milieu universitaire

Bien que la concurrence puisse stimuler la créativité, il semble que certaines équipes de recherche s’efforcent simplement de suivre les tendances d’autres équipes, plutôt que de coopérer avec elles pour produire une Recherche encore meilleure. Cela donne des situations surréalistes, où certains projets se voient mis en danger par une concurrence uniquement supposée d’une autre équipe (« ils vont publier avant nous ! »). Cela renforce d’une part le stress et la charge de travail que les chercheurs s’imposent à un moment donné, et favorise (en général) d’autre part la rapidité, à défaut de la qualité ou d’un approfondissement. Surtout, ceux qui s’imaginent une «collaboration globale» qui ferait avancer « la Science » se trouvent probablement très déçu en voyant ce qu’il en est réellement [34].

Enfin, la Recherche est également déterminée et contrainte par la géopolitique: à ses bases (financement, recrutement, etc.), mais pas vraiment à sa finalité. En effet, la publication dans les revues scientifiques est partagée à tous* (d’autant plus avec des initiatives comme SciHub), alors que c’est bien certains acteurs étatiques qui payent le prix fort pour qu’elles voient le jour. Même si la plupart y trouvent leur compte (les pays bénéficiaires financent a priori tous un peu la Recherche), le gain immédiat d’un tel processus reste quand-même peu clair.

Certains domaines demeurent cependant confidentiels, et chaque Etat les finance alors en gardant pour lui la plupart des résultats critiques, en laissant diffuser au plus grand nombre quelques publications « triées sur le volet », épurées des informations « critiques ». Malheureusement, le but final de ces activités n’est pas toujours dévoilé aux équipes de Recherche, qui ne voient parfois que des problèmes stimulant de Physique fondamentale (comme dans mon domaine de l’optique non-linéaire [28]) : un doctorant peut ainsi découvrir, après 3 ans de labeur, qu’il a travaillé pour fabriquer le prochain missile hors de prix de demain (qui visera éventuellement, si on veut pousser l’ironie, son pays natal) …

© https://www.timeshighereducation.com/hub/p/jisc-futures-what-next-uks-international-research-collaborations

L’espionnage dans la guerre économique

Ce n’est pas un scoop d’affirmer que les pays les plus développés se livrent à une guerre économique, parfois sans merci. Il est aussi connu que la Chine se livre depuis longtemps à des stratégies d’imitation, voire de vol pur et simple de secrets technologiques. Mais on atteint le niveau supérieur lorsque ce sont les agences de renseignement elles-mêmes (dont le FBI) qui s’inquiètent ouvertement d’un tel espionnage [21].

Certaines universités sont d’ailleurs montées au créneau contre ce genre de suspicions [22]: l’espionnage a bel et bien lieu, mais les différents acteurs en jeu sont perdus au milieu d’injonctions contradictoires . « Protéger nos résultats et notre savoir-faire », mais en même temps montrer qu’on est toujours dans la “course intellectuelle”, se méfier du « soft power » et du vol de données, mais en même temps « diversifier nos équipes de recherche »/ « collaborer », etc.

© https://link.springer.com/article/10.1057/s41284-019-00195-5

La science a toujours été politique, et la science moderne de pair avec l’Industrie

Croire au mythe du chercheur dans sa tour d’ivoire traduit en fait d’une méconnaissance de l’histoire des sciences, citons pour cela Rens & Grinevald dans “Réflexions sur le catastrophisme actuel” (1975) :

Souhaitons que la mise à nu du caractère métaphysique et donc idéologique et
culturel de toute science vienne troubler autant que faire se peut la bonne conscience de beaucoup de scientifiques. Trop longtemps, en effet, il a fallu que l’idéologie fût fausse pour que la science soit vraie [142].

comme le rappelle ce brillant commentaire paru récemment dans Nature [23] : la science a toujours été politique, de par son financement entre autres, et surtout lorsqu’elle est applicable au complexe militaro-industriel [28]. Garder en tête cette caractéristique historique pourra peut-être permettre de s’en affranchir dans le futur (au moins partiellement), ou a minima de la baliser (pour garder une certaine impartialité et un but apolitique, voir plus haut le paragraphe sur la conformité) .

Car des acteurs privés profitent de ce type de croyances [la Science comme discipline immaculée] pour prospérer, en s’appuyant notamment sur des acteurs publics : combien d’universités se sont associées à des acteurs privés, ou sont même devenues purement privatisées ? Pire encore, combien ne proposent maintenant plus que des carrières débouchant sur le secteur privé, qui plus est vers les grandes multinationales ? Est-ce le rôle des universités payées par l’Etat de former des “mercenaires” voués à enrichir de grands groupes ? Comment se fait-il que les doctorats en sciences naturelles débouchent de plus en plus vers des postes de « data scientist » ? Que les formations en sciences physiques et mathématiques débouchent sur autant de carrières d’analyste à la Bourse, de manager, de trader ?

Il y a clairement un problème d’utilisation des fonds, et même de cohérence : des chercheurs sous-payés et accommodants forment, sur des fonds publics, des gens voués à servir des intérêts privés [35] (même si heureusement certains militent pour garantir plus d’équité).

Le complexe techno-scientifique impose son paradigme, sans l’accord de la majorité

La Science explore, la technologie exécute, l’Homme se conforme [Lewis Mumford, 37]

Le développement d’un complexe technique et scientifique qui fait autorité pose un problème de démocratie, du moins de décision : le citoyen moyen n’est pas en mesure de comprendre les subtilités des évolutions technologiques (nucléaire, 5G, OGM …), ces choix de société sont donc pris par un comité d’experts qui n’ont pas été élus.

[edit fev 2022 : pour aller plus loin, voir la récupération cybernétique]

Le monde caché des «petites mains» en Recherche

La Recherche demande parfois des tâches très fastidieuses (prendre des mesures répétitives, des notes, classifier, trier, etc.), et le mieux est quand elle est exécutée de manière égale par toutes les personnes impliquées. Mais c‘est sans compter les nombreux «assistants de recherche» (en fait un certain type d’entre eux), particulièrement présents dans certains laboratoires spécifiques en Amérique du Nord, dont le travail est uniquement dédié à ces tâches ! D’autant plus avec l’essor du télétravail, ces assistants reçoivent chaque semaine un tas de données ou de documents à traiter, et ne voient jamais vraiment le laboratoire ni n’accèdent au(x) véritable(s) objectif(s) du projet : ils n’accomplissent que leurs petites tâches !
Une véritable uberisation du travail, car les contrats en question sont souvent à court terme et précaires: qui eu supposé l’éxistence d’une telle armée de petites mains à l’ère du Big Data et du traitement automatique ?

La Science, je le répète, produit de nombreux «saints», consacrant leur vie avec un dévouement monastique à leur discipline — mais pas vraiment de martyrs dissidents contre l’establishment politique. [Lewis Mumford, 37]

La science a changé

«La science a beaucoup changé au cours des dernières décennies, mais les communautés scientifiques ne se sont pas adaptées à ce changement.» Cette phrase de S. Hossenfelder (« Lost in Math » [2]) résume bien ce qui coince avec la Science moderne. Il y aura probablement de moins en moins de découvertes « faciles », et de plus en plus de problèmes demandant des coopérations de grande ampleur, sur plusieurs années (même si on n’est jamais à l’abri de bonnes surprises).

De la même auteure :
« Les jours où les découvertes se faisaient en regardant votre baignoire se vider sont révolus » [24]. C’est peut-être toute la Méthode Scientifique elle-même qu’il conviendrait de changer [24] : la vision de Karl Popper comme quoi toute hypothèse scientifique devrait être confrontée à l’expérience du réel ne s’applique pas — et ne s’est jamais appliquée — à toutes les disciplines, et est de plus en plus mise à mal au fur-et-à-mesure que la complexité des objets d’étude augmente (comment faire des expériences contrôlées et répétées sur des trous noirs, ou même plus simplement sur des séismes ?).

Moins de révolution, donc, plus de consolidation des acquis, d’exploration des portes déjà ouvertes. Pourtant, une étude néerlandaise révèle qu’en 40 ans (entre 1974 et 2014), «innovant», « incroyable », « prometteur » (“innovative”, “amazing”, “promising”) a augmenté de 1 000% dans les publications scientifiques, et «sans précédent», «révolutionnaire», «nouveau» (“unprecedented”, “groundbreaking”, “novel”) de 2 500% ! [2] Quand tout devient incroyable, rien ne l’est plus.

Il ne fait aucun doute que l’homme moderne est blessé dans son orgueil de se rendre compte que les cultures antérieures, dotées de moyens techniques plus simples, peuvent avoir été supérieures aux siennes en termes de valeurs humaines, et qu’un véritable progrès implique la continuité et la conservation, avant tout, l’anticipation consciente et la sélection rationnelle — l’antithèse de notre multiplication kaléidoscopique actuelle de nouveautés aléatoires. [Lewis Mumford, 37]

Ce genre de pratique favorise aussi la publication de nombreux modèles (physiques) sur des critères de « beauté ». L’exemple de la physique théorique est donné : «Les physiciens théoriciens ont maintenant des pratiques bien établies pour produire de nouvelles lois de la nature qui resteront impossibles à tester pendant de longues périodes.» [2].

On retrouve aussi l’autocongratulation, et les « effets de tribu », qui sont aussi très marqués en Recherche : plus votre communauté répète une assertion, plus vous aurez tendance à lui accorder de la crédibilité (même si elle est fausse) [2]. Ceci est un autre problème du système de publications tel qu’il est actuellement. Pire encore, certains chefs d’équipes de recherche ne font vivre leur laboratoire, via des demandes de subventions plus ou moins honnêtes (voir plus haut), que pour perpétuer leur technique et leur sujets de recherche. Ils doivent convaincre que LEUR sujet est plus intéressant/prometteur, à travers l’envie évidente de “défendre leur paroisse”. Dans la plupart des cas, ça devrait être l’inverse : la société civile devrait identifier un axe de recherche nécessaire à explorer, et le confier à une (ou plusieurs) équipe de recherche.

L’interdisciplinarité : appelée à grossir, mais encadrée

De plus en plus de disciplines voient leur grandes découvertes se tarir, c’est pourquoi il y aurait probablement un énorme potentiel à connecter les disciplines entre elles. Pour vérifier qu’elles ne disent pas la même chose sous un angle différent, déjà !

Quelques auteurs ont soulignés l’importance de plus inciter et supporter les initiatives de transdisciplinarité [26] afin de faire face aux nouveaux défis de ce siècle ; à l’instar du changement climatique et des effets sociaux de la biomédecine, parmi les plus cités [27]. Après tout, de grands noms de la science s’y sont déjà essayé, non sans succès ! [36]

Cependant, l’interdisciplinarité n’est pas chose aisée [25], de par la difficulté de faire dialoguer des personnes de perspectives très différentes, parce que de nombreux sujets n’en ont pas trouvé l’utilité, mais aussi parce que cela a été peu exploré dans l’histoire des sciences. Ce genre de mariage des sciences sociales et naturelles soulève cinq principales barrières selon [26]: la faiblesse des sciences sociales (comparées aux sciences naturelles), leur illégitimité (perçue), les barrières (par défaut) à la recherche interdisciplinaire, le manque de structures de soutien dans chaque discipline, et les conflits de pouvoir et de contrôle du milieu universitaire.

Il parait en tout cas absolument nécessaire que tous les étudiants aient des notions d’histoire des Sciences — au moins de leur domaine — comme l’indique ce billet dans Nature, ou — encore mieux — des bases de sciences sociales [30], dans le cadre les enjeux politiques et géopolitiques cités plus haut.

Vulgariser à tout prix ?

La Recherche étant directement ou indirectement financée sur des fonds publics, les appels à partager la construction des savoirs avec ceux qui la payent via leurs impôts se sont multipliés (c’est d’ailleurs un des points les plus anciens de l’UNESCO). En parallèle, les chercheurs sont de plus en plus appelés à participer au débat politique pour les aspects qui concernent des domaines scientifiques, et à corriger par leur expertise les erreurs de leurs collègues [31] : cela ne peut se faire qu’au prix d’une vulgarisation préalable des enjeux impliqués.

© Pétillon

Toute nouvelle initiative devrait par contre se garder de tomber dans plusieurs écueils : une vulgarisation trop superficielle, et une injonction absolue à le faire. L’initiative « Ma thèse en 180 secondes » part par exemple d’une bonne idée, mais ne s’applique pas aussi bien à tous les sujets de thèse, a tendance à trop simplifier (voire caricaturer) des domaines de Recherche (3 minutes pour faire comprendre un problème complexe à un public non initié …), et semble être devenu l’alibi des universités pour cocher leur case « vulgarisation » dans leurs communications ou compte-rendus. De plus, les semaines des chercheurs — surtout en début de carrière — sont déjà très chargées : ce genre d’initiatives devrait absolument avoir un temps et budget dédiés, ainsi qu’une base de volontaires plutôt que de présentateurs contraints et forcés. Rien ne serait pire que des initiatives imposées, ou trop verrouillées.

Ceci est en fait vrai pour tous les postes : les responsabilités des chercheurs pourraient grandement gagner à être divisées en fonction des compétences et goûts de chacun(e)s [2]. Enfin, il faudrait veiller à ce que la vulgarisation ne devienne pas néfaste : qu’elle ne remplace pas un « vrai » cours ou formation sur le sujet.

Conclusion

Même si certains aspects positifs apparaissent comme pistes d’amélioration, on a vu que quelque chose clochait vraiment avec la Recherche : stress des milieux académiques, publications toujours plus nombreuses et au contenu racoleur, poussant jusqu’au grotesque un système de journaux en chasse-gardée, où la reconnaissance et la renommée sont maintenant monnayées à prix d’or. Mais aussi le glissement du politique dans l’aspect du financement, le choix des sujets d’étude et des récompenses, et des enjeux internationaux qui refont surface, pour finir d’embellir le tableau.

Pourtant les grands défis de notre temps ne manquent pas : la Science doit de débarrasser de ces boulets au plus vite pour pouvoir prétendre y répondre. Sans cela, elle ne passera pas le siècle indemne.

« Humain trop humain (Nietzsche) 251 (1878)

La science donne beaucoup de satisfaction à celui qui y consacre son travail et ses recherches; mais elle en donne très peu à celui qui se contente d’en apprendre les résultats. Mais comme toutes les vérités importantes de la science ne peuvent devenir que peu à peu banales et communes, même ce peu de satisfaction finit par disparaître. C’est aussi que nous avons cessé de trouver le moindre à apprendre la table de multiplication qui est pourtant si admirable.
Si la science donne de moins en moins de plaisir par elle-même et en ôte toujours davantage en jetant la suspicion sur la métaphysique, la religion et l’art qui eux, consolent, voilà appauvrie cette source de plaisir, de toutes la plus grande à laquelle les hommes doivent à peu près toute leur humanité.
Aussi, une civilisation supérieure devra-t-elle donner un double cerveau à l’Homme, quelque chose comme deux compartiments cérébraux, l’un pour être sensible à la science, l’autre pour être sensible à ce qui n’est pas la science. Ces deux compartiments devront être juxtaposés, sans empiétement, séparables, étanches. C’est là ce qu’exige la santé. La source d’énergie se trouvera dans la première sphère, dans la seconde se trouvera le régulateur de cette énergie, car il faut chauffer, se chauffer aux illusions, aux idées bornées, aux passions et se servir de la science clairvoyante pour se prévenir des suites malignes et dangereuses d’une chauffe trop poussée.
Si l’on ne satisfait pas à cette condition de civilisation supérieure, on peut prédire à coup sûr, le cours que va suivre l’évolution humaine. Le goût du vrai va disparaître au fur et à mesure qu’il procurera moins de plaisir. L’illusion, l’erreur, la chimère vont conquérir pas à pas, parce qu’il s’y attache du plaisir, le terrain qu’elles tenaient autrefois. »

(Merci à Etienne Klein).

* même si de la Recherche en entreprise n’est très souvent pas publiée, ou classée secret défense, ou publié en masquant/omettant les données sensibles

(Références avant le début du texte en français)

Un peu d’autocritique :

“Il ne parle pas de moi, mais il pourrait tout aussi bien, je pense. Peut-être que je suis juste ici pour trouver une excuse pour quitter le monde universitaire parce que je suis désillusionné, incapable de rester motivé à travers tous les résultats insatisfaisants. Et quel incroyable
excuse que j’ai trouvée — blâmer une communauté scientifique pour abus de la méthode scientifique.”

[2] ;)

→ Pour aller plus loin, il est recommandé de lire :
A. Grothendieck, “Allons-nous continuer la recherche scientifique ?” (1972)
Survivre et vivre — Critique de la science, naissance de l’écologie” (2014)

--

--

Low-techs, solutions basées sur les écosystèmes, biologie/écologie/évolution

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Max Pinsard

Low-techs, solutions basées sur les écosystèmes, biologie/écologie/évolution