Les lowtechs sont-elles solubles dans le capitalisme ?

Ce texte a pour but d’être enrichi au fur et à mesure. [english translation]

Définir le capitalisme

Le capitalisme, via son évolution la plus récente — le neolibéralisme, souhaiterait mettre un prix sur toute chose, tout concept. Son extension la plus totale serait de s’étendre à chaque chose du monde naturel. Car c’est bien ça le dernier espoir de pouvoir protéger l’environnement, bien entendu (ou pas ?[1] ). Il sous-tend ainsi que le capital pourrait s’accumuler de façon infinie, et que le monde se résumerait grosso modo à des homo oeconomicus, rationnels, et « mutuellement indifférents » [8].

Le capitalisme rachètera tout.

Il est permis de penser que plus la catastrophe environnementale s’intensifiera, plus le capitalisme se débridera, dépassant toujours plus ses limites. C’est déjà le cas avec quelques vestiges du monde naturel : pêle-mêle, on marchandise maintenant l’air pur des rocheuses canadiennes aux chinois étouffant sous « l’airpocalpyse »[4], on propose à prix d’or du tourisme sur certains glaciers avant qu’ils ne disparaissent à jamais, on s’accapare des glaces dérivantes pour en vendre l’eau claire à l’autre bout du monde… Vous connaissiez le « whale watching » ? Vous pouvez maintenant aller traquer la fonte des icebergs, ou vous offrir le luxe de tuer un des derniers éléphants africains !

coupures de presse sur la marchandisation de la nature
coupures de presse sur la marchandisation de la nature

Et que dire du mouvement « zéro déchet » ? Le Marché, trop content de pouvoir exploiter un nouveau filon marketing, s’est facilement adapté à ce nouveau mouvement, ce qui lui permet désormais de financiariser des produits jusqu’alors quasi-gratuits (emballages, contenants, etc.)[3]. Ainsi, nous avons vu fleurir les offres les plus odieuses, le racolage le plus extrême de la part d’opportunistes de tout bord (voir ci-dessous).

caricature du 0 déchet
caricature du 0 déchet
(Gauche) Caricature sur les dérives du zéro déchet (© bloutouf). (Droite) Création de besoin zéro-déchet par le système marchand, parmi des initiatives potentiellement utiles.

Cela ne concerne pas tout le zéro déchet, bien heureusement. Des principes de ré-utilisation et de réparation sont encore d’actualité et promus par le mouvement, mais la dérive « design » de certains des produits proposés donne quand-même quelques sueurs froides. Il en est de même pour plein d’aspects de l’écologie, comme certaines initiatives pour le climat. Même la collapsologie a subie récemment une OPA hostile, signe de la « start-up nation » qui se cherche, assurément [9]. Enfin, le principe de “développement durable” tout entier semble avoir été racheté par le Marché [20] (probablement car il ne remettait pas véritablement en cause le système qu’il critiquait), malgré leurs fortes oppositions conceptuelles relevées dès 2006 [19].
Pour aller plus loin, on peut même étendre cet effet à tous les fameux « petits gestes » de l’écologie : s’ils ont été autant discutés et proposés comme solution, c’est parce qu’ils constituaient justement une alternative collective très efficace. Par contre, il aurait fallu y mettre vraiment les moyens : le tableau ci-dessous résume à quel prix ces initiatives pourraient marcher (en théorie), et la disparité par rapport aux stratégies réellement appliquées.

Cette disparité s’explique par le détournement de la nature collective de ces actions, pour les ramener sur les individus qui devraient, malgré le peu d’incitations qu’ils reçoivent, se prendre en main pour agir : un classique de l’économie de marché néolibérale !

Il est à noter que nous ne cherchons pas à présenter le concept de capitalisme comme responsable de tous les maux que nous décrivons : nous le voyons plutôt comme un outil. Le problème est donc surement plus profond que ce concept seul, qui est en fait le meilleur moyen pratique d’exercer notre emprise sur le monde. Plutôt que de juste chercher à en finir avec le capitalisme, il faut donc aussi penser à changer les « incentives » (incitations) que nous imposons sans cesse à notre système de société. Pour cela, certains penseurs ont proposé de ralentir, de faire un pas de côté via, notamment, une opposition aux croissantistes : les basses technologies (low-tech).

Les lowtechs, un coup fatal à la logique marchande, au productivisme, à l’extractivisme et aux croissancistes (?)

Une lowtech se doit d’être simple, réparable, respectueuse de l’environnement. Visant plutôt les besoins de base indispensables (boire, manger, se loger, se chauffer…), elle a aussi un faible coût et se doit d’être accessible au plus grand nombre [18]. Les lowtechs s’opposent donc naturellement aux high-techs, même si elles n’ont pas de définition absolue, mais toujours relative à une technologie donnée (ex : le fairphone est high-tech par sa miniaturisation, mais plus lowtech que les autres smartphones). Une lower-tech, en somme.

Il est plutôt banal de rappeler que le capitalisme est — de son coté — plus tourné vers les high-techs [7], profits à court terme et obsolescence obligent. On le voit bien autour de nous, et par la mainmise des 5 géants du web que sont les GAFAM. Certains perçoivent même les lowtechs comme le contraire du capitalisme [2]. Il est vrai qu’en principe, tout semble les opposer (cf tableau ci-dessous) :

Même les gouroux du hightech ont très bien conscience du potentiel de manipulation et de la nocivité de leurs produits [14], et souhaitent peut-être secrètement une émergence de lowtechs. Cependant, pour eux uniquement, et tant qu’ils vendent leurs produits aux masses consuméristes ! Il faut toujours garder en tête que beaucoup réfléchissent déjà à sauver le capitalisme coûte que coûte [11].

Les lowtechs, soutient d’un capitalisme sur la pente descendante …?

Il faut donc être prudent. Ainsi, inciter à avoir un « prix le plus adapté et équitable possible » peut vite glisser vers « prix le moins cher », et alors rattraper un travers du capitalisme. Des attaques similaires envers des points spécifiques des lowtechs, qui pourraient dénaturer ses objectifs de base, sont d’ailleurs énumérées ici :

Points attaquables (rouge) de la définition lowtech, et quelques points de résistance (vert). ©Lowtech Lab Montréal

Le capitalisme est né dans un monde lowtech (en tout cas bien plus qu’aujourd’hui), et continue à prospérer encore maintenant dans des « industries lowtechs » [6]. Ainsi, même en restreignant la définition des lowtechs aux besoins de base pour limiter son éventuelle reprise par le capitalisme, ces innovations sobres pourraient quand-même se faire au service de ce dernier. Par ailleurs, le capitalisme chinois pourrait devenir high-tech, ou lowtech, ou les deux coexistant [5] sans que cela ne remette vraiment en cause le système en question …

On rejoint ici une autre critique plus profonde, selon laquelle lowtech et high-tech ne seraient que les deux faces d’une même pièce : on pourrait très bien imaginer les deux se développer en parallèle, dans un monde qui perpétuerait sa croissance (problèmatique d’un point de vue physique [10, 12]). Ironie totale, les lowtechs pourraient même permettre au capitalisme de se prolonger en situation de pénurie (moins de matériaux et énergie nécessaires).

… et maintien d’une idéologie destructrice possédant des moyens de plus en plus limités ?

On est donc en droit de se demander : des innovations lowtechs permettront-elles d’exploiter les derniers gisements ? Ou de perpétuer encore un peu plus la domination des 1% (humains à 500$+/jour) sur les autres (humains à 1$/jour) [13] ? Car l’extractivisme, par définition lié au capitalisme, nécessite une main-d’œuvre sous-payée et docile pour être rentable.

À ce stade, il nous faut évoquer la loi de Hume [15], selon laquelle on ne peut déduire un principe moral directement à partir de faits, sans mettre sous le tapis une ou plusieurs autres injonctions morales (il faudrait alors inclure expressément ces injonctions). Les technologies semblent être du côté des faits (et êtres neutres), mais elles ont été développées et modifiées à partir d’injonctions morales (« il faut améliorer le confort humain », « il faut rendre les prix les plus bas possibles », « il faut que tout le monde puisse communiquer à loisir » etc.). Elles portent donc en elles leurs externalités négatives sur l’environnement, voire leur autoréplication [16]. Heureusement, les lowtechs peuvent s’en prémunir relativement bien en restant, encore une fois, fidèles à leurs principes de base (voir schéma). Mais si des principes comme « il faut continuer à extraire des ressources de la manière la plus rentable possible » ou sa variante « il faut que le plus grand nombre accède au confort d’un occidental » continuent à prévaloir, les lowtechs permettront effectivement juste de continuer à détruire l’environnement (mais de la manière la plus limitée possible, bien-sûr !).

[cet argumentaire aurait pu s’arrêter là, en gardant espoir de ne pas trop salir la low-tech. C’était sans compter les bons petits soldats du système marchand…]

L’innovation Jugaad / frugale : les low-techs avalées par le système marchand

En fait la réponse au titre de ce texte est déjà trouvée : oui … Oui depuis que le système marchand s’est imposé comme seule voie possible dans les pays du Sud, qui n’hésitent plus à employer le vocabulaire de ceux qui les dominent. Plus royalistes que le roi, c’est ainsi que l’indien Navi Radjou enclin les lecteurs de son manifeste « Jugaad Innovation » à prendre exemple sur ni plus ni moins que 3M, Apple, Best Buy, Facebook, General Electric, Google, IBM, PepsiCo, Procter & Gamble, Renault-Nissan, et WalMart (!), c’est-à-dire une bonne partie du club très fermé des entreprises le plus à l’avant-garde du désastre actuel …

Il faudrait ainsi appliquer le 1er principe du Jugaad — la philosophie défendue par l’auteur, proche de « l’innovation frugale » (son 2e livre) — sans parcimonie : « tirer profit de l’adversité » (“seek opportunity in adversity”), penser « outside the box » ou même construire carrément de nouvelles “box”, suivre l’économie mondiale « en évolution rapide », développer des stratégies « résilientes » (buzzword des temps actuels), etc. Car il est clair qu’en prenant acte que l’épuisement des ressources s’étendra jusqu’en Occident, le capitalisme se réinvente sur de nouvelles bases, en marchandisant toujours plus de choses, et pénétrant dans des domaines qui lui étaient jusqu’alors inaccessibles : même le « système D », les savoir-faire locaux et les pratiques de bon sens peuvent donc devenir « les produits révolutionnaires de demain », qu’il s’agit dès lors de capitaliser sans trainer.

Pourtant le principe avait l’air plein de belles promesses : être « frugal, flexible, inclusif » rappelle la définition du low-tech « durable, utile, accessible » (cf image ci-dessous). Le jugaad entend lutter contre les technologies élitistes et compliquées souvent développées en Occident, avec des principes comme « keep it simple », « think and act flexibly », etc. Il donne même des exemples intéressants comme le Miticool, un vélo plus performant sur des routes cabossées, une machine à laver sans détergent [21]…

Mais en parcourant les pages de cet ouvrage, on a du mal de se retenir de vomir : « le Jugaad, une stratégie de croissance révolutionnaire » (sic), de quoi conquérir de nouveaux marchés, exploiter les niches encore inviolées, « innover plus vite, mieux et moins cher »… Car le principe central de « faire plus avec moins » n’est pas sans rappeler les pires utopies néolibérales, comme de se délester des charges humaines liées au travail, d’optimiser le plus possible les processus pour dégager un maximum de profits, de tout rationaliser, etc. On a franchement du mal à voir en quoi ce jugaad se distingue d’un bête hard discount, où tous les coûts sont réduits au minimum et le facteur humain, optionnel.

De même, la décharge de déchets électroniques d’Accra au Ghana est probablement l’endroit le plus pollué sur Terre, où des enfants à peine majeurs désossent à mains nues des appareils (DEEE) pour en extraire quelques métaux précieux : or, cuivre etc., un modèle qui leur permet de gagner de quoi survivre dans cet enfer. Ce genre de décharge est ce qui rend les filières de recyclage des TIC un peu moins coûteuses (ces populations ne sont pas payées à leur dur labeur, ils gagnent juste de l’argent en échange du métal récupéré) *. Et bien TED a osé conforter les techno-enthousiastes de la Silicon Valley dans leur modèle de consommation du toujours plus d’électroniques en invitant un des travailleurs de ce cimetière du numérique ghanéen. Probablement en échange d’une opportunité de montrer au monde entier l’ingéniosité qui se développe mécaniquement dans un endroit si précaire, l’exposé laisse penser qu’il faudrait continuer de produire et jeter autant de DEEE voire davantage, pour que le siens puissent survivre de cette économie du déchet : louée soit l’économie circulaire et les cellulaires remplacés chaque année !

Ces exemples produisent bien des technologies accessibles. Le caractère utile est discutable tant le jugaad s’évertue à vendre des produits plutôt qu’à se questionner sur les besoins (ou les remettre en cause). Enfin, on ne peut pas dire que l’impératif de durabilité soit forcément au rendez-vous : même si le caractère « frugal » oriente plutôt vers une économie de ressources, la question environnementale n’est clairement pas première dans cette définition. Ces deux exemples montrent surtout que les considérations techniques ne suffisent pas : le capitalisme intégrera les nouvelles contraintes, comme il a intégré toutes les autres. Il faut donc impérativement définir quel système politique on couple avec les lowtechs.

Conclusion

Tout comme l’initiative zéro déchet, la pensée et le mode de vie lowtech n’est pas a priori immunisée contre une reprise par le Marché : le zéro déchet impliquait aussi initialement un modèle peu compatible avec le capitalisme (moins de production au total), mais rien ne bat un système capitaliste auquel on soumet les bonnes incitations. L’émergence de termes comme l’innovation jugaad ou frugale donne quelque sueurs froides : l’amalgame entre low-tech et low-cost est vite arrivée (et le low-tech ne s’oppose pas forcément à la complexité !) Il faut donc rester vigilant, et ne pas hésiter à dénoncer toute reprise abusive du terme lowtech, commerciale notamment. Car, en voulant être améliorable, la définition des lowtechs est aussi moins balisée et donc plus à même de partir vers une “pente glissante” de dénaturation. Cependant, si on tient compte de leur but initial (répondre aux besoins de base), cela limite beaucoup la casse.

Ainsi, les « vraies » lowtechs peuvent tout-à-fait fournir des armes intéressantes d’émancipation et de résilience, et de ce fait s’opposer au capitalisme, mais encore faut-il préciser le système politique que sous-tendent ces technologies. Il y aura néanmoins un énorme travail à fournir pour déterminer ce qui cause ce capitalisme, afin de ne pas lutter vainement, et comme nous le rappelle Bossuet, de ne plus « deplorer les effets dont nous chérissons les causes » [17].

Max Pnsrd,
Lowtech lab de Montréal.

Références :

[1] LesEchos, “Négocier la nature sur les marchés financiers ? Une ONG met en garde” (2019), https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/negocier-la-nature-sur-les-marches-financiers-une-ong-met-en-garde-1023716

[2] B. Keller, “Low-Tech et capitalisme” (2019), https://bertrandkeller.info/2019/07/12/low-tech-et-capitalisme/

[3] Vox, “Metal straws, mason jars, bamboo forks: do you have to buy more stuff to go zero waste?” (2019), https://www.vox.com/the-goods/2019/5/14/18563375/zero-waste-products-straws-jars-tote-bags

[4] https://www.theguardian.com/world/2015/dec/08/beijing-smog-city-shuts-down-amid-red-alert

[5] Y. Chevrier, “Entrepreneurs et capitalistes chinois : qui sont-ils ?” (2012), https://www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2012-2-page-29.htm

[6] Sander, “Comment le capitalisme a changé — A propos de la domination formelle et réelle du capital et de la décadence du capitalisme”, Perspective Internationaliste n° 42 (2004), http://internationalist-perspective.org/PI/pi-archives/pi_42_capitalisme-change.html

[7] WallStreetJournal, “Venture Capitalists Chase Next Tech Wave After Smartphones” (2016), https://www.wsj.com/articles/venture-capitalists-hunt-for-the-next-big-thing-1477278001

[8] Pablo Servigne & Gauthier Chapelle, « L’Entraide, l’autre loi de la jungle » (2017).

[9] Arthur de Grave. “Start-up Nation, Overdose Bullshit” (2019), Rue de l’échiquier, https://www.ruedelechiquier.net/essais/239-start-up-nation-overdose-bullshit.html

[10] Tribune dans Le Monde : « L’objectif de croissance économique serait incompatible avec une sortie de la crise écologique » (2019), https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/11/29/l-objectif-de-croissance-economique-serait-incompatible-avec-une-sortie-de-la-crise-ecologique_6021038_3232.html

[11] Bloomberg Opinion, “To Save Capitalism, Save Communities” (2019), https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2019-02-26/to-save-capitalism-west-needs-to-revive-communities

[12] Meadows D. & D., Randers J., « Les limites à la croissance (dans un monde fini), 30 ans après », éditions Rue de l’échiquier (2012), préface de JM Jancovici.

[13] J. Blamont, « Introduction au siècle des menaces », Odile Jacob (2004)

[14] New-York Times, “Steve Jobs Was a Low-Tech Parent” (2014), https://www.nytimes.com/2014/09/11/fashion/steve-jobs-apple-was-a-low-tech-parent.html

[15] https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Hume (2009)

[16] Hubert Guillaud, « Technologie : l’âge sombre » (2018), http://www.internetactu.net/2018/09/10/technologie-lage-sombre

[17] https://www.france-histoire-esperance.com/dieu-se-rit-hommes-deplorent-effets-dont-cherissent-causes-jacques-benigne-bossuet/

[18] https://framateam.org/files/jmzz4qecribkbxgncjny5h9pyh/public?h=Ch2nmOJIek23bBgC1o0DYjb1-R2WOhlknK2izOAlHxE

[19] Bertrand Zuindeau, « Le développement durable est-il soluble dans le capitalisme ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement (2006) http://journals.openedition.org/tem/430 ; DOI : 10.4000/tem.430

[20] M. Sansfaçon, “Le développement durable à la rescousse du capitalisme néolibéral” (2011) https://www.pressegauche.org/Le-developpement-durable-a-la-rescousse-du-capitalisme-neoliberal-7007

[21] Radjou et al., “Jugaad Innovation: Think Frugal, Be Flexible, Generate Breakthrough Growth” (2012)

Low-techs, solutions basées sur les écosystèmes, biologie évolutionniste, énergie/climat…

Low-techs, solutions basées sur les écosystèmes, biologie évolutionniste, énergie/climat…